Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
You Be Good Now

You Be Good Now

Mostly n'importe quoi. En Français and English.

The World on Film #3: Israel/ Le monde filmé #3 : Israël

© Sony Pictures Classics - Via: thetfs.ca

© Sony Pictures Classics - Via: thetfs.ca

-version française plus bas-

Israel to me is a complicated and mysterious place. Its immensely complex history is still unfurling today, amidst bloody conflicts and international outrage. Always in the news, Israel is a target for boycott, a cause for indignation and the grounds for passionate debate, with some defending it as a virtuous nation defending itself from rogue aggression, and others claiming that it is the instrument of a rapacious colonial expansion. But Israel is also a vibrant creative center as proven by the wonderful artists, musicians, authors and filmmakers it has given us. One of these great filmmakers is Rama Burshtein, who directed an amazing coming of age piece, which I would like to talk about today.

Fill the Void - Rama Burshtein (2013)

Shira Medelman, a ravishing but reserved young woman, is about to get married. In the Jewish Orthodox world Shira is a part of, marriages are facilitated -if not arranged- by the families. However, she seems to immediately like the timid looking ginger-bearded young man who was chosen for her, even though their first encounter consists of her spying on him while he does his shopping ("He's in the frozen section!" reports an informant over the phone, as the blushing Shira excitedly looks around for her groom-to-be).

So the movie opens on a cheerful note: not only is Shira going to marry a man she instantly fancies, but her sister, Esther, is about to give birth to her first kid. The Medelman family is jubilant and united as they celebrate Purim, and the optimistic aspect of this moment is emphasized by the image's glistening quality not unlike Woody Allen's most recent movies. However, as one could have expected, a terrible event will shatter the Medelman's bliss: Esther dies giving birth. Soon, her widower, Yochay, considers remarrying in order to give his newborn son, Mordecai, a mother. When Esther and Shira's mother, Rivka, finds out that Yochay is thinking of marrying a Belgian woman, she is devastated by the idea of him taking Mordecai away. In a desperate move to keep her grandson close, she asks Yochay if he would consider marrying Shira instead, thus keeping the family together. Yochay is not opposed to the idea and starts discreetly courting Shira. She, on the other hand, is taken aback by that unexpected turn of events which forces her to effectively replace her recently deceased sister.

© Sony Pictures Classics - Via: cine-vue.com
© Sony Pictures Classics - Via: cine-vue.com

Fill the Void is not a mute movie. It showcases a dynamic and close-knit community. However, it is not expansive in its representation of people's deep feelings. People confide in their close relatives, or, for really serious matters, seek out the rabbi's help, but they undeniably refrain from rambling on about how they feel. As a result, Shira's struggle is mainly an internal one. Luckily for the audience, Hadas Yaron, who plays Shira, is a great actress who excels at conveying complex emotions in very few words, if not completely silently. As Mark Kermode described her for The Guardian: "her face a rippling seascape of reactions and responses". The movie drifts almost idly as Shira takes her time to think, meets another suitor (not the ginger one) and finally admits that she is just "confused".

How the movie ends, I will of course not tell, but as the platitude goes : "It is the journey that matters." The subject of the movie is not Shira's final choice of husband but her meditation over her destiny. It is a truly delicate theme and it is addressed very tactfully. As a result, the movie radiates a deep tenderness for its heroin. It is a work that stays at the human level if you will: it focuses on faces, shows people hugging, crying, bonding or, on the contrary, growing apart. In the end, Burshtein's sympathetic glaze, her kindness and her intelligence as a filmmaker allowed her to craft a movie that is deeply touching in a unique way.

© Sony Pictures Classics - Via: jewishartnow.com
© Sony Pictures Classics - Via: jewishartnow.com

On that subject, Burshtein's singularity as a film director is noteworthy. At the Venice Film Festival, she appeared on the red carpet in a dress that completely covered her arms and legs, a scarf tightly wrapped around her head. She was accompanied by her husband who was wearing an ultra-Orthodox garb. On top of that, Burshtein's rhetoric differs radically from the kind of feminist discourse you could expect from a contemporary independent filmmaker. In fact, chances are many feminists would be shocked by Burshtein's point of view on a lot of things. She for instance once said : “For me, it’s very good that my husband is a king. It doesn’t mean I don’t exist. We do it quietly. It doesn’t have to be so loud, our existence as women.”. Thus, contrary to what some might want to believe, Burshtein is not a prisoner of Orthodox-Judaism trying to escape her condition by making a movie that would be some kind of S.O.S. She chose this life (it is important to note that Burshtein was not born an Orthodox Jew), and she has expressed her satisfaction with the nature of the gender roles associated with it.

So I found myself in an interesting situation. There I was: a committed feminist intensely enjoying a movie by a woman who chose to live in an environment where the man is king and women have to stay in their place.

Well, this doesn't mean that I renounce my feminist views. It just means that in the same way that one can find beauty in "ugliness", there can be truth and grace in views that differ -or even offend- our own. I don't know if Fill the Void is empowering for women, like NYT film critic Jane Eisner seems to think ("Burshtein allows the women in the film to exercise a certain control over their lives, despite their limited roles within the ultra-Orthodox hierarchy."); but I agree with film studies professor Anette Insdorf, who saw Fill the Void as "less a critique than an authentic portrait, less a celebration than an affectionate acknowledgment of a lifestyle.". In saying that, she reminded us that one has to acknowledge a movie for what it is and recognize where it stems from, while always trying to show curiosity and respect for perspective that diverge from our own.

In the end, I might not support Ms. Burshtein's view on gender roles, but I recognize that she made a damn good movie.

Le cœur a ses raisons - Rama Burshtein (2013)

Israël est pour moi un endroit mystérieux et, surtout, compliqué. L’histoire incroyablement complexe de ce pays se joue encore aujourd’hui en des combats meurtriers qui déclenchent l’ire internationale. Cible de boycotts, motif d’indignation et sujet de débats passionnés, Israël est défendu par certains comme une nation vertueuse cherchant simplement à se protéger d’agressions extérieures, tandis que d’autres soutiennent que les israéliens sont coupables de se livrer à une avide entreprise coloniale. Mais Israël est aussi un extraordinaire vivier culturel animé par de remarquables artistes, auteurs, musiciens et réalisateurs. La réalisatrice qui nous intéresse aujourd’hui est Rama Burshtein, qui a créé un film sublime sur le passage à l’âge adulte.

Shira Medelman, une jeune fille ravissante, mais reservée, est sur le point de se marier. Dans le cercle juif orthodoxe dont elle fait partie, les mariages sont facilités –sinon arrangés- par les familles. Toutefois, Shira semble immédiatement éprouver de la tendresse pour le timide jeune homme à la barbe rousse qu’on lui présente, même si cette « entrevue » ne consiste en réalité qu’en une séance d’espionnage furtif pendant que le prétendant fait ses courses. « Il est dans le rayon surgelé ! » annonce une informante au téléphone, tandis que la rougissante Shira lance autour d’elle des regards fébriles.

Le film s’ouvre donc sur des perspectives réjouissantes: non seulement Shira va se marier avec un homme qui lui a instantanément plu, mais sa sœur, Esther, est sur le point de donner naissance à son premier enfant. La famille Medelman célèbre la fête du Pourim dans la joie et l’harmonie. L’optimisme du moment est renforcé par la qualité lumineuse de l’image qui rappelle les films les plus récents de Woody Allen. Toutefois, un évènement tragique va interrompre ce bonheur : Esther décède en couche. Bientôt, son veuf, Yochai, souhaitant donner une mère à son fils, Mordecai, songe à se remarier. Apprenant que Yochai est sur le point de s’unir à une femme résidant en Belgique, la mère de d’Esther et de Shira, Rivka, est dévastée à l’idée d’être séparée de son petit-fils. Dans une manœuvre désespérée, elle propose à Yochai d’épouser Shira afin d’éviter l’éclatement de la famille. Yochai n’est pas opposé à ce projet et commence une cour discrète à l’égard de Shira. Mais, sans surprise, celle-ci est déstabilisée par cette étrange situation qui l'oblige à "remplacer" sa sœur.

© Sony Pictures Classics - Via: cine.ch
© Sony Pictures Classics - Via: cine.ch

Le cœur a ses raisons n’est pas un film mutique. Il met en valeur une communauté dynamique et fortement unie. Toutefois, lorsqu’il s’agit de l’expression de sentiments profonds, il fait dans la retenue. Les personnages se confient à leurs proches, ou, dans des cas graves, s’adressent à leur rabbin, mais personne ne se laisse aller à s’épancher longuement en public. Le résultat est que le dilemme de Shira est essentiellement une lutte intérieure, muette. L’actrice qui l’incarne, Hadas Yaron, est extrêmement douée et parvient à communiquer une vaste palette d’émotions complexes en peu de mots, voire complètement silencieusement. Comme l’a dit Mark Kermode dans un article du Guardian : « ses réactions sont sur son visage comme le froissement de l’onde». Le film s’écoule presque paresseusement, tandis que Shira se donne le temps de la réflexion, rencontre un autre mari potentiel (pas le roux) et avoue finalement qu’elle est tout simplement «désorientée » (« confused »).

Je ne vous révèlerai pas comment le film s’achève. Mais, comme le dit -à peu près- l’adage : «C’est le trajet qui compte ». Le sujet du film n’est pas le choix final de Shira, mais la méditation qu'elle engage sur sa destinée. C’est un thème délicat et il est traité avec un tact véritable. Le résultat est une œuvre qui rayonne d’une authentique tendresse pour son héroïne. Le cœur a ses raisons est un film qui se situe « à l’échelle humaine » si l’on veut : il se focalise sur les visages des protagonistes, il montre des gens qui s’enlacent, qui pleurent, qui se rapprochent ou qui, au contraire, s’éloignent les uns des autres. A la fin, le regard bienveillant de Rama Burshtein, fait de bonté et d'intelligence, lui a permis de créer un film qui est singulièrement émouvant.

© Sony Pictures Classics - Via: canada.com
© Sony Pictures Classics - Via: canada.com

A ce sujet, l’originalité de Rama Burshtein en tant que réalisatrice est notable. Elle a arpenté le tapis rouge du Festival de Venise dans une robe qui couvrait l’intégralité de ses bras et de ses jambes, un foulard enroulé autour de sa tête masquant sa chevelure. Elle était accompagnée de son mari en tenue juive orthodoxe. En plus de cela, le discours de Rama Burshtein diffère radicalement de ce que l’on pourrait attendre d’une cinéaste contemporaine indépendante. Il est même très possible que beaucoup de féministes soient choquées par son point de vue sur certains sujets. Elle a par exemple déclare : « Pour moi, c’est très bien que mon mari soit le roi. Cela ne veut pas dire que nous n’existons pas. Nous agissons discrètement. Notre existence en tant que femmes n’a pas besoin d’être si bruyante. ». Ainsi, contrairement à ce que certains pourraient penser, Rama Burshtein n’est pas prisonnière du judaïsme orthodoxe, pas plus que son film n'est une sorte de S.O.S . Elle a choisi cette vie (il est important de noter qu’elle n’est pas née dans ce milieu, mais l’a choisi librement) et a exprimé sa satisfaction vis-à-vis des rapports de genre qui y prévalent.

Je me suis donc retrouvée dans une situation paradoxale : moi, une féministe convaincue, appréciant profondément un film réalisé par une femme qui a choisi de vivre dans un environnement où les hommes sont des rois et les femmes sont sommées de rester à leur place.

Eh bien, cela ne veut pas dire que je renonce à mes idéaux féministes. Cela signifie simplement que, de la même manière qu’il est possible de découvrir de la beauté dans la « laideur », l’on peut trouver de la vérité et de la grâce dans des opinions qui diffèrent –voire qui contredisent- les nôtres. Je ne sais pas si j’irais jusqu’à affirmer que Le cœur a ses raisons permet un empowerment des femmes, comme l’a suggéré la critique du New York Times Jane Eisner («Burshtein permet aux femmes du film d’exercer un certain contrôle sur leur vie malgré les rôles limités qui leurs sont conférés par la hiérarchie ultra-orthodoxe. »). Mais je suis d’accord avec la professeure d’études cinématographique Anette Insdorf, pour qui Le cœur a ses raisons est « moins une critique qu’un portrait authentique, moins une célébration que la reconnaissance affectueuse d’un style de vie. ». Cette remarque nous rappelle qu’il est toujours nécessaire de reconnaitre un film pour ce qu’il est et de prendre en compte son contexte de production, tout en essayant de manifester de la curiosité et du respect pour des perspectives qui divergent des nôtres.

En fin de compte, je ne partage peut être pas le point de vue de Mme Burshtein sur les rapports de genre, mais je reconnais qu’elle a réalisé un film génial.

Pour aller plus loin:

Critique du film par Les Inrocks

Voir plus haut pour les critiques en anglais (plus nombreuses et plus approfondies que les critiques françaises).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article