Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
You Be Good Now

You Be Good Now

Mostly n'importe quoi. En Français and English.

The World On Film #4:Turkey/ Le monde filmé #4: La Turquie

Via: www.latimes.com

Via: www.latimes.com

-version française plus bas-

When I was in middle school, people were discussing Turkey's wish to join the European Union. I didn't know yet what my opinion on this matter was. All I knew was that Turkey was a democracy, with its own problems, like all democracies. I knew it was a growing economy. And I knew it was a fascinating place. It was located on both the periphery on Europe and Asia but it was its own center, a unique place with a culture that seems so puzzling while tremendously attractive to outsiders.

Today, there is little talk of Turkey entering the European Union. Instead, there is a lot of talk about the part Turkey is playing in the current migrant crisis, about how easily new ISIS recruits have been able to cross its borders with Syria, about tensions between the Kurds and the authorities, about the deadly terrorist attacks that seem to happen more and more often, and, above all, about the iron grip president Recep Tayyip Erdogan has on the country. His autocratic excesses and violations of human rights are only getting more numerous and more blatant as the ruthless leader responds to July 15th's failed coup with drastic measures.

As dramatically serious as they are though, one can't reduce Turkey to those problems (although one should indeed pay attention to them). Turkey has a rich past (sorry about the cliché) and a troubled present, but it will also surely have a future. What it'll bring we don't know, but it will happen and we shall not look the other way. Furthermore, Turkey's population is 80 million strong, and, among those people, you'll find amazing artists who contribute to making this country a wonderful place of beauty and hope.

Mustang - Deniz Gamze Ergüven (2015)

Let's start with some clarification on the movie's nationality. Here's a movie taking place in Turkey with a Turkish cast acting in its mother tongue. So, how come that, when it ran for Best Foreign Language Film at the 2016 Academy Awards, it did so as a French submission? Well, the thing is that Mustang is sneakily French. Indeed, the director Deniz Gamze Ergüven is part French and has lived in France for a good part of her life. On top of that, as Ergüven herself admitted, the majority of the team (excluding the actors) was French, as was most of the funding. So I apologize if, in wanting to talk about a Turkish movie I am also covertly promoting one of my country's contributions to world cinema. I promise you, though, that while watching Mustang you will not once think of France.

Anyway, now that we got the matter of the movie's "origins" out of the way let's see what exactly is it about.

Via: avclub.com
Via: avclub.com

It's the last day of school and rather than taking the bus, five sisters, Sonay, Selma, Ece, Nur and Lale decide to celebrate summer by walking home. On the way, they make a detour to the beach. Soon, the sisters, who are still wearing their full school uniforms, are playing in the water, joyously leaping in the waves and engaging in a game of chicken with boys. The now soaking wet but elated girls continue their route home through an orchard in which they snag a few apples before getting abruptly driven out by a fuming -and armed- farmer. The fear induced by this incident dissipates quickly though, and as soon as the girls reach safety, their relief manifests itself through a burst of laughter. By now it is clear that the sisters are an untamed force (mustangs!), a fierce bunch, a united front of lighthearted but strong-minded girls who will not let the outside world play dirty tricks on them.

Unfortunately, danger is coming from the inside. Indeed, where the spectator sees a form of healthy youthful exuberance, the girls' family glimpses an entirely different reality: impending doom brought upon them by the girls' supposed lack of temperance and excess of sensuality: independent means unmanageable, joyful means frivolous, lively means depraved. The family's strict moral code and general distrust of youth -especially when it comes to young girls- is incensed by gossip, as a neighbor who saw the sisters playing chicken in the water swiftly "instructed" their grandmother that they had been lustily rubbing their private parts against male necks.

The backlash resulting from this innocent game essentially constitutes the whole story of the movie. As the younger sister, Lale, says in a voice-over in the movie's opening: everything suddenly turns to shit. The girls, whose parents are dead, are raised by a conservative grandmother and a tyrannic uncle whose goal from that moment on will be to marry them off as quickly as possible.

Via: allocine.fr
Via: allocine.fr

This means two things: 1) guaranteeing the girls' "purity", which will be achieved through both physical and moral confinement (after the three older sisters go through a virginity check), 2) ensuring that they master all the skills that make good wives: cooking, sawing, serving tea, etc.

The change of atmosphere happening from there on is sweeping. The spirited girls from the opening scene, whose liveliness forced the camera into an animated dance, are now lazing around in their room. Not knowing how to approach their new life, the sisters alternate between seemingly accepting their fate through a descent into passivity and showing some dissent by holding on to fragments of their days of freedom.

This game can't be played for long though and after eventually pushing the limits too far, the girls find themselves at a point of no return: if they can't save the sisterhood, can they hope to save themselves?

Mustang is a great movie that touches on many themes: freedom, growing up, womanhood, sisterhood, courage, the gravity of personal choices, responsibility towards your loved ones and, of course, the weight of tradition. In particular, it shows how those traditions are often pushed by people who have only the best intentions. If marriage is a woman's main life goal and source of joy, how could the girls' grandmother doubt the fact that she is acting in their interest by marrying them off so promptly?

Via: curzonartificialeye.com
Via: curzonartificialeye.com

Mustang has been compared to The Virgins Suicides but differs from it in a crucial way: the Lisbon sisters were mysterious, almost celestial beings seen through the clueless gaze of their young male neighbors. On the contrary, the girls from Mustang are very real. Or course, they have this same brand of grace that is conferred by youth, but Sonay, Selma, Ece, Nur and Lale are not enigmatic and fragile creatures, they are forces of nature demanding only to live their life when circumstances are denying them exactly that. A testament to the girls' fortitude is their omnipresence on screen. While Sofia Coppola liked to film everything but her heroins, probably as to preserve their untouched aura, very few shots of Mustangs don't involve any of the sisters (and most often showcase several of them). In particular, the sly and plucky Lale, who narrates the story, never leaves the spectator's consciousness. The toughest of the bunch, she is the living demonstration of what a true desire for freedom can accomplish and even gifts us with an optimistic conclusion to the movie.

In the end, and even if, as a whole, Mustang tells a pretty sad story, the spirit of its main protagonists makes it a vivid testament to the unique power of youth; to the hopes, dreams and joys that it channels. "There’s a certain dreaminess to Mustang that helps soften the bleakness of what’s playing out on the screen." Lenika Cruz wrote for The Atlantic. I would add that there is even humor in certain scenes. Like Lale, the movie does not give up in the face of adversity and continues to believe in magic, more precisely, in the certain kind of magic that would turn imprisoned princesses into free wild horses.

/////

Quand j’étais au collège, la question de l’entrée de la Turquie dans l’UE était d’actualité. Je ne savais pas encore quelle était mon opinion sur ce sujet. Tout ce que je savais, c’était que la Turquie était une démocratie, avec ses propres problèmes, comme toute démocratie. Je savais que son économie était en pleine croissance. Je savais que c’était un endroit fascinant situé à la fois à la périphérie de l’Europe et de l’Asie mais étant son propre centre, un endroit dont la culture est, pour le novice, à la fois extrêmement attirante et difficilement lisible.

Aujourd’hui, le silence s’est fait sur la question de l’entrée de la Turquie dans l’UE. A la place, il est plutôt question du rôle qu’elle joue dans la crise des réfugiés, de la facilité avec laquelle les nouvelles recrues de Daesh ont pu traverser ses frontières vers la Syrie, des tensions entre les Kurdes et les autorités turques, des attaques terroristes qui semblent se produire de plus en plus fréquemment et, surtout, de la main de fer du président Recep Tayyip Erdogan. Ses excès autocratiques et ses violations répétées des droits de l’Homme n’ont fait que gagner en ampleur après la tentative de coup d’état du 15 juillet dernier.

Aussi sérieux que soient ces problèmes cependant, il serait malvenu de réduire la Turquie à sa difficile situation actuelle. Ce pays au passé si riche (désolée pour le cliché) a un présent certes trouble, mais il aura aussi un futur. A nous, lorsque ce futur deviendra présent, de ne pas détourner le regard. En outre, au sein de la population de la Turquie, qui atteint presque les 80 millions, se trouvent des artistes extraordinaires qui contribuent à faire de ce pays un endroit merveilleux où beauté et espoir sont loin d’être éteints.

Mustang - Deniz Gamze Ergüven (2015)

Commençons par quelques éléments de clarification concernant la nationalité de ce film. En effet, bien qu’il se déroule en Turquie et que ses acteurs, natifs de ce pays, s’expriment dans leur langue maternelle, la candidature de Mustang à l’oscar du meilleur film en langue étrangère s’est faite sous les couleurs de la France. Comment cela se fait-il ? Eh bien il s’avère que la réalisatrice Deniz Gamze Ergüven a la nationalité française et a passé une bonne partie de sa vie en France. Et la contribution française à Mustang ne s’arrête pas là : elle se reflète également dans la composition de l’équipe du film (à l’exception des acteurs) ainsi que dans la provenance de son financement. Je m’excuse donc si, en essayant de mettre en valeur un film turc, je me retrouve à faire la promotion d’une contribution française au cinéma international. Toutefois, je vous promets qu’au visionnage de Mustang, vous ne penserez pas une seule fois à la France.

Enfin bref, assez parlé des « origines » de ce film, voyons maintenant de quoi il cause.

Via:indiewire.com
Via:indiewire.com

Cinq sœurs : Sonay, Selma, Ece, Nur et Lale viennent de terminer leur dernier jour d’école avant les vacances. Il fait beau et plutôt que de prendre le bus, elles décident de célébrer l’arrivée de l’été en rentrant chez elles à pied. En chemin, elles font un détour vers la plage. Là, elles se jettent à l’eau encore habillées de leurs uniformes d’écolières, bondissant joyeusement dans les vagues et se hissant sur les épaules de garçons pour s’adonner à un jeu de lutte dont le but est de faire tomber son adversaire à l’eau. Trempées, mais euphoriques, les sœurs se remettent en route, traversant un verger où elles chipent quelques pommes, provoquant l’ire d’un fermier qui les déloge bien vite, fusil en main. L’effroi provoqué par cette confrontation est cependant vite dissipé et dès que les filles se trouvent en lieu sûr, elles expriment leur soulagement en éclatant d’un rire retentissant. Nous savons dorénavant à qui nous avons affaire : des personnalités indomptables (comme le mustang du titre), une tribu redoutable de filles au grand cœur mais à la volonté de fer qui fait front uni contre les vacheries du monde extérieur.

Malheureusement, le danger vient de l’intérieur. En effet, là où nous sommes amenés à voir une forme d’exubérance juvénile tout à fait bégnine, la famille des filles perçoit tout autre chose : un manque de modération et un excès de sensualité qui doivent être corrigés pour éviter la catastrophe. Pour nous, ces jeunes filles sont indépendantes, pour leur famille, elles sont incontrôlables : leur joie de vive est interprétée comme de la frivolité et leur vitalité comme une perversion. La défiance générale de cette famille très traditionnelle vis-à-vis de la jeunesse (en particulier lorsqu’il s’agit de jeunes femmes) fait que, lorsqu’une voisine qui a vu les filles jouer à la plage raconte à leur grand-mère les avoir vu frotter leurs parties intimes contre le cou de jeunes hommes, la punition est sévère.

Le backlash qui suit ce jeu pourtant innocent constitue l’essentiel du film. Comme l’annonce la plus jeune sœur, Lale, au début du film : « Une minute, on était tranquille… Et après, c’était la merde. ». Orphelines, les sœurs sont élevées par une grand-mère conservatrice et un oncle tyrannique dont le but sera désormais de trouver le plus rapidement possible un époux pour chacune, de l’ainée à la cadette.

Via: filmcomment.com
Via: filmcomment.com

Cela veut dire deux choses : 1) garantir la « pureté » des filles, à travers un enfermement à la fois moral et physique (les trois sœurs les plus âgées se voient tout d’abord imposer un examen de virginité), 2) s’assurer qu’elles maitrisent toutes les compétences qui font une bonne épouse : cuisiner, coudre, servir le thé, etc.

Le changement d’atmosphère qui se produit alors est brutal. Les ardentes jeunes filles dont la vivacité entraînait la camera dans une danse endiablée au début du film se morfondent désormais dans leur chambre. Ne sachant pas comment appréhender leur nouvelle existence, elles semblent tantôt passivement accepter leur sort tantôt se rebeller en s'accrochant à des fragments de leur liberté passée.

Mais ce jeu ne peut se poursuivre éternellement et après avoir finalement dépassé les limites, les filles se trouvent à un point de non-retour : si elles ne peuvent sauver le lien qui existe entre elles, peuvent-elles au moins espérer se sauver elles-mêmes ?

Mustang est un excellent film qui s’attaque à de nombreux thèmes : la liberté, le passage à l’âge adulte, la féminité, le courage, les relations entre sœurs, l’impact de nos choix personnels, notre responsabilité vis-à-vis de ceux que nous aimons et, évidemment, de poids des traditions. En particulier, ce film montre comment ces traditions sont souvent défendues par des personnes dont les intentions sont bienveillantes. Si le mariage est la principale source de joie de chaque femme, comment la grand-mère pourrait-elle douter une seule seconde qu’elle agit dans l’intérêt de ses petites filles en leur trouvant des maris si vite ?

Via: rogerebert.com
Via: rogerebert.com

Mustang a été comparé à The Virgin Suicides mais s’en distingue en un point crucial : les sœurs Lisbon étaient des créatures mystérieuses, presque célestes, vues à travers le regard novice de leurs jeunes voisins. Au contraire, les filles de Mustang sont parfaitement tangibles. Bien sûr, elles ont cette même espèce de grâce que confère la jeunesse, mais Sonay, Selma, Ece, Nur et Lale ne sont ni sibyllines, ni fragiles : elles sont des forces de la nature qui se voient refuser leur seul désir : celui de vivre leur vie. L’omniprésence des filles à l’écran témoigne de leur fougue. Alors que Sofia Coppola avait tendance à filmer un peu tout et n’importe quoi plutôt que ses héroïnes, probablement afin de maintenir intacte leur aura, les sœurs de Mustang sont absentes de très peu de plans (et la plupart du temps elles sont plusieurs à l’image). En particulier, Lale, l’impertinente et maligne cadette ne quitte jamais vraiment l’esprit du spectateur. Elle est la plus coriace du groupe et s’attache à prouver qu’un véritable désir de liberté peut déplacer des montagnes nous gratifiant au passage d’un dénouement optimiste.

Au final, et même si l’histoire que raconte Mustang est plutôt triste, le tempérament de ses personnages principaux lui permet de constituer un saisissant témoignage du pouvoir de la jeunesse, avec les espoirs, les rêves et les joies qu’elle voit naître. La critique de cinéma Lenika Cruz a ainsi écrit dans le magazine américain The Atlantic : « Mustang a une certaine qualité onirique qui contribue à adoucir le caractère tragique de ce qui se joue à l’écran. ». J’ajouterais à cela que certaines scènes ont un caractère franchement humoristique. Comme Lale, le film ne baisse pas les bras face à l’adversité et continue à croire en l’existence de la magie, le genre capable de transformer des princesses prisonnières en des chevaux sauvages s’ébattant en toute liberté.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article